Littérature / Disseration Lorenzaccio

Dans Lorenzaccio, quels rôles les personnages féminins de la pièce jouent-il dans la peinture de la corruption ?

Lorenzaccio est un drame romantique écrit en 1833 par Alfred de Musset sur une idée de George Sand qui lui avait fait lire son manuscrit intitulé Une conspiration en 1537. Pour se documenter, Alfred de Musset lit Les chroniques florentines de Benedetto Varchi, contemporain du Duc Alexandre de Médicis et de Lorenzo. Lorenzaccio est donc grandement empreint de vérités historiques. L’histoire se déroule en Toscane à Florence en 1537, dernière année du règne d’Alexandre de Médicis. Pendant cette période, la ville de Florence est contrôlée par Charles Quint, empereur d’Allemagne et par le Pape Paul III. Lorenzo s’est fixé pour objectif de débarrasser Florence de la tyrannie d’Alexandre de Médicis, personnage débauché et sans morale qui se complet dans le libertinage. On remarquera la place des femmes dans la liste des personnages : elles sont en bas de liste dans le livre. En plus d’illustrer la condition de la femme à cette époque, nous pourrions penser que leurs rôles sont insignifiants dans Lorenzaccio. Cependant, ce n’est pas le cas car celles-ci sont en lien avec la corruption des moeurs. Nous pouvons donc nous demander, quels rôles les personnages féminins de la pièce jouent-il dans la peinture de la corruption ?
Nous verrons dans un premier temps que certaines femmes sont complices et encouragent même la dépravation et l’immoralité alors que d’autres sont victimes de ces moeurs dissolues.

Dans Lorenzaccio, Musset décrit la société et dans celle-ci plus particulièrement, certaines femmes qui se complaisent dans la lascivité et la perversion.
Il dépeint des personnages féminins qui, volontairement, se tournent vers la débauche et la corruption. C’est ce que nous pouvons remarquer Acte 3, scène 3 où Lorenzaccio narre une scène qui lui arrive fréquemment. Des femmes de milieu modeste, présentent leurs filles devant leurs demeures. Espérant qu’au passage de Lorenzo, celui-ci les emmène en échange d’argent. Nous assistons donc à un véritable commerce. Ces femmes encouragent donc l’immoralité en prostituant leurs filles. L’image de la prostitution apparaît aussi acte 4 scène 5, lorsque que Lorenzo déclare «Que de filles maudites par leurs pères rôdent au coin des bornes, ou regardent leurs têtes rasées dans le miroir cassé d’une cellule..». En effet, on rasait la tête des prostituées avant de les emprisonner. Alfred de Musset déclare d’ailleurs à leur sujet «avec un sourire plus vil que le baiser de Judas». Cette métaphore symbolise la plus vile trahison, ces femmes sont assimilées aux Mal de part leurs actions qui incitent et stimulent le libertinage.

De plus, nous pouvons remarquer d’autres femmes encore, qui encouragent les moeurs dissolues mais de manière inconsciente, dûe à leur naïveté. Dans la scène d’exposition, le Duc débauche une jeune fille de 15 ans en la payant. Elle se rend donc ainsi complice du libertinage. Cependant, compte tenu de son jeune âge, nous ne pouvons considérer que celle-ci a pleinement conscience de ses actes. Lorenzo, déclare dans une de ses tirades « débauche à la mamelle ». La débauche est alors liée à l’innocence : «jamais je n’ai humé dans une atmosphère enfantine plus exquise odeur de courtisanerie ». Lorenzo a pour but de briser sa morale qu’il considère dès lors comme légère au vu de son niveau social pour ensuite la manipuler plus facilement.

Enfin, évoquons les femmes qui dans un premier temps semblaient très critiques envers la débauche du Duc et qui finalement ont cédé à ses avances. Dans ce cas, nous pouvons citer la Marquise de Cibo, qui acte 1 scène 3 semble très affectée par le départ de son mari mais qui finalement joue un double jeu. Le fait est que dès le marquis parti, elle se retrouve avec le cardinal de Cibo, son beau frère. La marquise déclare dès lors son aversion pour le duc, qu’elle décrit comme un tyran provocateur. Lorsque celle-ci quitte la pièce, le Cardinal intercepte une lettre destinée à la Marquise. On apprend que le duc lui fait la cour depuis deux mois et qu’elle est partie le rejoindre malgré le discours qu’elle a tenu.

Cependant, dans Lorenzaccio, il existe des femmes qui ne sont pas complices et qui subissent cet état de fait.
Alfred de Musset évoque des personnages féminins victimes de la débauche et de la corruption. Nous pouvons en effet remarquer que la Marquise de Cibo est victime de chantage, pendant un temps, de la part de son beau frère. Le cardinal lui indique en effet qu’il sait qu’elle est la maîtresse du duc, mais que cela ne relève pas de ses confessions : il l’a vue. Cependant, il lui demande de rester proche du duc, de répondre à ses besoins pour conquérir son cœur. Si la marquise réussit à se rapprocher du duc, le cardinal, pense pouvoir en tirer profit. Il déclare en effet «Savez-vous où peut conduite un sourire féminin ? Savez vous où vont les fortunes dont les racines poussent dans les alcôves ?». Les femmes sont donc utilisées comme un instrument par les hommes afin qu’ils arrivent à leurs fins. La Marquise est donc, à cause de son adultère, au centre d’une machination. Finalement, elle décide de tout avouer à son mari.
Nous pouvons aussi évoquer l’exemple de Catherine Gironi, la tante de Lorenzo. Le duc pousse le vice jusqu’à vouloir coucher avec sa propre tante. En effet, celle-ci a reçu une lettre du duc qui lui fait la cour. Le Duc meurt avant qu’il n’ait pu se passer quelque chose mais cependant, nous pouvons supposer que celle-ci n’aurait pas tarder à céder à ses avances. En effet, Acte 3 scène 4, Catherine semble troublée et nous pouvons supposer que celle-ci est flattée par la proposition du duc : «pardon, ma mère… mais je croyais que le duc aimait la comtesse Cibo… on me l’avait dit…».

Ensuite, nous pouvons évoquer les femmes qui tentent de lutter et qui ne se laissent pas faire face à toutes les propositions indécentes qu’elles reçoivent. C’est le cas de Louise Strozzi. En effet, lors de l’acte premier, scène 2, Salviati cherche à se débarrasser de sa femme et fait des avances à Louise. En plus de la notion d’adultère, il la harcèle, malgré ses refus «jusqu’à ce que tu m’aies dit quand nous coucherons ensemble». Salviati se moque de l’avis de Louise et celle-ci est obligée de fuir. Il déclare alors au prieur, frère de Louise, que celle-ci a accepté sa proposition. Il s’agit de diffamation qui ira loin puisque les autres frères de Louise iront jusqu’à attaquer Salviati pour la venger. Lorsqu’une femme refuse les avances d’un individu, le but est de la faire céder. En effet, acte 4, scène 5, Lorenzo déclare «Combien faudrait-il pourtant de paroles pour faire de cette colombe ignorante la proie de ce gladiateur aux poils roux». Le refus n’est donc pas acceptable dans cette société. Louise Strozzi finira par mourir empoisonnée. Ce meurtre à pour cause le refus des avances de Salviati, un proche du duc.

Enfin, évoquons les femmes qui souhaiteraient un retour des valeurs morales et qui sont horrifiées devant tant de débauche. Il s’agit de personnages tels que la mère de Lorenzo,  Marie Soderni ou encore Catherine. Lors du premier Acte, scène 6, celles-ci sont honteuses de la débauche de Lorenzo et de la vie qu’il mène : «que mon fils eut été un débauché vulgaire».  Elles s’inquiètent de son avenir. Marie évoque la jeunesse de Lorenzo, lorsque celui-ci était un garçon très avenant voulant aider tout le monde. Elle le voit maintenant comme un homme corrompu, vil et malhonnête. Son but et donc de faire cesser ce libertinage et de retrouver une société aux valeurs morales. Lorsque Catherine reçoit la lettre du duc, Marie est anéantie : elle n’accepte pas que son fils aille jusque-là dans le vice.

Dans Lorenzaccio, Alfred de Musset dépeint donc une société où les femmes ne sont pas respectées. Lorenzo avoue d’ailleurs n’estimer aucune femme mises à part sa tante et sa mère : «je vous estime vous et elle. Hors de là, le monde me fait horreur». Les femmes sont asservies et rabaissées au rang de marchandises dans une communauté libertine et corrompue. Dans cette société, elles prennent des chemins différents face à ces moeurs dissolues.
En élargissant notre réflexion, nous pouvons considérer que les hommes possèdent eux aussi un point de vue bien distinct face à cette débauche. Certains comme le duc ou Lorenzo se complaisent dans ce mode de vie et l’encourage alors que Philippe Strozzi est présenté comme un personnage moral, touché par le malheur de ses enfants.

2 thoughts on “Littérature / Disseration Lorenzaccio

  1. Coucou!!

    Je ne sais pas si tu vas tjr sur ton blog, mais en tout cas milles merci pour tout ces liens qui vont m’être très utile pour mon année de terminale. Là je suis avec Lorenzaccio et tes petites notes me sont très utiles, j’ai aussi vu que tu expliquais les notions en anglais/espagnol chose que mes profs ne font pas donc ça va m’aider ainsi pour mes prochains exos.

    Si tu as acheté des livres, types annabac ou autres, surtout pour la littérature et qui t’ont aidé, je veux bien les noms:)

    1. Coucou🙂
      Je n’ai plus aucun article à publier vu que j’ai déjà partager tous les devoirs que j’ai pu rédiger au lycée mais je consulte quand même les visites et les commentaires ! Je suis contente de pouvoir t’aider ! Pour les notions d’anglais/espagnol sont souvent peu expliquées par les profs c’est vrai, donc si je peux faciliter le travail d’autres lycéen, je suis contente !
      Pour ce qui est des annales, j’ai pas vraiment de conseils à donner, je pense qu’elles sont toutes très bien. Par contre, éviter les annales avec toutes les matières dans un seul livre, c’est souvent très incomplet !

      Bonne chance pour tes futurs devoirs !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s