Composition géographie / Chine puissance économique

La Chine : seconde puissance économique mondiale

La Chine, pays immense de 9 millions de km2 possède un héritage prestigieux et millénaire, autrefois appelé l’Empire du Milieu. Cependant, en 1919, la Chine se situe au niveau zéro de la mondialisation. En un siècle, elle subit l’occupation, la guerre, la révolution et le communisme. Au XXème siècle, la Chine était un pays faible sous l’influence des puissances étrangères. Il s’agissait d’une semi-colonie. En 1911, des révolutions nationalistes se font ressentir afin de se débarrasser de l’Empire et des puissances étrangères. La Chine devient alors une République dirigée par Sun Yat Sen. Cependant, l’unité nationale semble impossible, en partie à cause de l’humiliation et de la perte des terre suite du Traité de Versailles. La Chine subit par la suite la guerre et l’invasion japonaise. Affaiblie, elle ne résiste pas au Japon qui mène une guerre d’anéantissement. Mais grâce au soutien des USA, la Chine est victorieuse. Des conflits persistent cependant entre les deux partis principaux, le Guomindang et les communistes. Le parti communiste chinois est vainqueur et met à sa tête Mao Zedong. La politique de ce dernier provoque une diminution importante de la croissance. Cependant, nous constatons que durant les dernières décennies, la Chine se développe. Sa démographie et son PIB augmentent. Autrefois sous développée, la Chine est dorénavant la deuxième puissance mondiale. Le modèle maoïste est fondé sur l’autonomie de communes révolutionnaires et de grandes opérations économiques et politiques. En 1960, le « Grand Bond en avant », qui devait industrialiser rapidement le pays, est un échec. En 1968, la « Révolution culturelle» est un vaste mouvement d’application radicale du communisme appuyée par les « gardes rouges ». En 1973, la bande des quatre, héritiers de la révolution culturelle, s’oppose aux réformateurs du Parti communiste chinois : Zhou Enlai et Deng Xiaoping. La mort de Mao le 9 septembre 1976 entraine leur exclusion du parti. En 1981, les réformateurs imposent la démaoïsation. En marge du système économique mondial au cours de la période Maoiste, de 1949 à 1976, la Chine s’est ouverte sur le monde dès 1980 grâce aux réformes économiques pilotées par DENG XIAOPING. Deng Xiaoping passe à un socialisme autoritaire mais moderne, se focalisant sur l’armée, l’industrie, l’agriculture, la science et la technique. Les réformateurs mettent en place des mécanismes d’économie de marché et réinsèrent le pays dans les échanges internationaux. Entre 1978 et 1989, la communauté européenne et la Chine développent des liens commerciaux mais les relations politiques restent distantes. Ce tournant marque le début d’une modernisation  et de croissance économique très rapide, en moyenne 10 % par an jusqu’en 2004. Cela a conduit la Chine à devenir l’un des principaux pays émergents et à rivaliser avec les pôles de la triade dès la fin du XXème siècle.
Pourquoi la Chine est-elle devenue une grande puissance et quelles sont les défis qu’il lui reste à relever ?
Tout d’abord, nous aborderons l’aspect économique de la Chine. Ensuite nous évoquerons les autres aspects de sa puissance. Enfin, nous étudierons les défis qu’il lui restent à relever.

Premièrement, évoquons la situation économique de la Chine. La fin de la guerre froide et l’effondrement de l’URSS en 1991 modifient « la théorie des 3 mondes ». Cette théorie a été élaborée par la Chine suite à la menace émanant de l’URSS. Comme son nom l’indique, elle fait référence à trois « mondes » qui régissent la politique mondiale: deux superpuissances sont à la recherche de l’hégémonie régionale : l’URSS et les États-Unis. Elles représentent une grave menace pour les autres. L’URSS est jugée la plus agressive et la plus dangereuse. Les pays développés, le Canada et le Japon, sont liés aux super-puissances (par un rapport de dépendance), mais essayent peu ou prou de lutter contre elles. Les pays en voie de développement et la Chine ont des intérêts communs reposant sur la lutte contre l’hégémonie du premier monde. En 1992, Deng Xiaoping relance l’économie socialiste de marché, les réformes économiques se poursuivent.  Des zones économiques spéciales, aussi appelées ZES y ont été mises en place. Ces zones accueillent les investissements directs à l’étranger occidentaux, attirés par le réservoir d’une économie mixte alliant secteur privé et production nationale. Cette ouverture permet d’importer les technologies étrangères. La Chine se rapproche des puissances occidentales et participe à la gouvernance économique mondiale, c’est à dire le G20. De plus, elle fait partit de l’ OMC ( Organisation Mondiale du Commerce ) depuis 2001 ce qui lui permet de profiter des opportunités offertes par la mondialisation de l’économie. La Chine occupe depuis 2010, le 2eme rang mondial derrière les États-Unis, et le premier exportateur mondial devant l’Allemagne. La Chine deviendra la 1re puissance mondiale en 2016 d’après l’OCDE. Cependant, son économie encore peu innovante est tributaire des marchés extérieurs et reste dans certains domaines un «pays atelier» suite à la division internationale du travail. En effet, nous pouvons par exemple noter que 75% de la production de montre se fait en Chine.  La Chine s’implique dans la sphère asiatique ainsi qu’en Afrique.  La Chine est le plus gros investisseur mondial. Elle est le premier partenaire commercial de L’Europe ; des Etats Unis et du Japon. De plus, elle accueille des multinationales étrangères. En effet, de nombreuses entreprises étrangères s’exportent en Chine, comme par exemple l’usine automobile Wolswagen. La Chine possède elle-même de nombreuses entreprises sur la scène internationale comme China National Agrochemical ou Geely Holding Gr. La Chine fait de nombreux investissement direct à l’étranger, principalement en Amérique du Nord, en Europe, en Asie centrale ou encore en Afrique. Elle accueille également des ports à rayonnement international comme Hong Kong ou Shanghai. Ces derniers possèdent un trafic supérieur à 18 milliers de TEU (c’est à dire un conteneur de 38,5m2). Le port de Shanghai est le plus grand port au monde devant Rotterdam et Hong Kong. Il occupe la première place en matière de transport de conteneurs. De ce fait, la ville de Shanghai par exemple est une ville très urbanisée, qui est toujours en expansion. C’est une mégapole qui compte 23 millions d’habitants. En général, la croissance urbaine des  mégalopoles asiatiques est très rapide. L’Asie est en effet le principal foyer de peuplement, 60% de la population mondiale s’y trouve. La Chine est l’état le plus peuplé d’Asie. Nous pouvons également remarquer que la Chine se focalise sur les recherches fondamentales, l’automobile, l’électronique, la sidérurgie et sur le textile majoritairement. La Chine accueille des aéroports internationaux comme à Hong Kong. Elle mène aussi des investissements d’avenir et fonde de grands espoirs sur l’énergie solaire. La Chine est le premier producteur mondial de panneaux solaires et a pour objectif en 2040 que 40% de l’énergie chinoise soit renouvelable. Enfin, il est nécessaire de rappeler que la Chine est le principal créancier des Etats Unis.

Abordons maintenant, les autres aspects de la puissance chinoise. Il s’agit tout d’abord d’une puissance financière. La Chine fait partie de l’OMC mais refuse obstinément de réévaluer sa monnaie le Yuan malgré les pressions internationales. Ce qui l’avantage grandement face aux autres pays. Les grands partenaires commerciaux de la Chine l’accusent de maintenir sa monnaie à un taux artificiellement bas pour favoriser ses exportations. La Chine intègre la Banque Mondialz et le FMI en 1980. Elle multiplie par la suite les accords commerciaux avec les pays occidentaux. Nous pouvons noter que le PIB par habitant est plus élevé sur les côtes, zone très développée (plus de 14000 yuans) qu’à l’intérieur des terres. La Chine profite également de la crise financière et effectue des investissements à l’étranger comme en Afrique. Récemment, elle a racheté le port du Pyrée en Grèce. Nous pouvons également évoquer la diaspora chinoise. Plus de 35 millions de personnes d’origine chinoise habitent dans d’autres pays que la Chine populaire ou Taiwan. 81% résident en Asie du Sud Est. Depuis 1980, Pékin les incite à inverstir en Chine et favorise l’installation professionnelle de personnes qualifiées dans le pays. Pékin finance aussi à l’étranger des écoles de langue chinoise et des médias destinés à cette diaspora, afin d’étendre son influence culturelle et idéologique. En l’espace de 30 ans, le PIB chinois à été multiplié par 30. En effet, en 1980 il était de 189 milliards et en 2010 il était de 5745 milliards. Enfin, nous pouvons noter que les bourses de Tokyo et Hong Kong sont des places très importantes.
La Chine est également une puissance militaire importante. Elle modernise en effet son armée et se lance dans l’aventure spatiale. Elle resserre les liens avec les BRIC. La Chine a multiplié par 8 ses dépenses militaires en l’espace de 21 ans. Elle est passée de 15,9 milliards de dollars en 1989 à 114,3 milliard en 2010. En Asie, la Chine possède le plus important budget militaire. Elle modernise largement et rapidement ses forces militaires, principalement sa force nucléaire qu’elle obtient en 1964, ses missiles ainsi que sa marine et son armée de l’air. Elle renforce également ses capacités de projection à grande distance. La Chine a intensifié et étendu ses activités dans ses mers bordières. Le manque de transparence dans sa politique de défense nationale et ses activités militaires sont un sujet d’inquiétude pour la région, la communauté internationale et en particulier le Japon. La Chine est engagée dans des conflits territoriaux avec ses voisins en mer de Chine méridionale où se situent les îles Spartleys et Paracels. Elle possède également des bases navales sécurisant les voies maritimes stratégiques dans Océan Indien mais aussi dans le Golfe du Bengale. Enfin, la Chine possède la 2ème armée du monde ce qui lui permet d’éviter les sanctions internationales dans ses actions de répression contre les opposants au régime.
Evoquons maintenant la puissance régionale de la Chine. La Guerre froide, la rupture avec l’URSS et les choix économiques de Mao Zedong ont contribué à la faiblesse des relations entre la Chine et ses voisins. Mais celles-ci se sont développées grâce à la politique d’ouverture voulue par Deng Xiaoping adoptée par la Chine en 1979 et accentuée à partir de 1992. Le géant chinois à même remplacé le Japon comme moteur économique de la zone. En 1994, la Chine signe un accord de partenariat politique et économique avec la Russie. En 2001, c’est la création de l’organisation de coopération de Shanghai, structure de coopération économique et politique dont les membres sont la Chine, le Kirghizistan et le Tadjikistan. En 2010, une zone de libre-échange est mise en place entre la République populaire de Chine et les six pays de l’ASEAN. La Chine effectue donc aussi beaucoup de commerce avec ses voisins. Par exemple, le commerce avec l’Inde est passé de 0,3 milliards à 43,4 milliards en 2005. Les six principales puissances économiques d’Asie orientale sont le Japon, la Chine, la Russie, l’Inde, la Corée du Sud et Taiwan ont tous vu leur PIB se multiplier durant ses 10 dernières années. Mais c’est la Chine qui possède le développement le plus impressionnant passant de 422 milliards en 1992 à 5745 milliards en 2010. Leur PIB a donc été multiplié par 13. Des rivalités apparaissent donc entre ses différents pays. L’Inde revendique par exemple le Cachemire, propriété chinoise.
Enfin, abordons l’influence politique et culturelle grandissante de la Chine.  Dès 1955, lors de la conférence de Bandung, la Chine manifeste son intérêt pour l’Afrique. Les motivations de la Chine populaire sont alors surtout politiques. Dès les années 60, la Chine soutient les mouvements anti colonialistes et cherche en Afrique des alliés contre l’Union Soviétique et les Etats Unis. Elle soutient notamment les mouvements marxistes en Angola et au Mozambique. Depuis 1995, ce continent est considéré comme un marché et un réservoir de matières premières. L’essor de la présence chinoise en Afrique inquiète les occidentaux. La Chine renforce ses liens avec l’Afrique en mettant en place des prêts préférentiels ou encore l’annulation des dettes. Le commerce avec l’Afrique est passé de 12 millions en 1956 à 127 700 millions en 2010, multiplié donc par 10500. La Chine se fournit en pétrole en Afrique, achète des terres arables et vend des armes à certains états d’Afrique. Désormais la Chine privilégie l’économie au dépend de l’idéologie et n’aide plus les révolutionnaires étrangers. La coopération scientifique et culturelle se développe. C’est pourquoi beaucoup de jeunes chinois étudient à l’étranger. La Chine cultive le patriotisme pour renforcer son régime, elle n’accepte pas les ingérences des démocraties en faveur du Tibet. Elle élimine les vestiges des Traités inégaux en récupérant Hong Kong en 1997 et Macao en 1999.  Les soldats chinois participent à des missions de paix à l’ONU. Mais malgré ses efforts de modernisation militaire, la Chine ne peut rivaliser avec les Etats Unis. La Chine est également un lieu touristique, principalement dans la région de Canto. La chine développe un discours très radical contre le capitalisme. Cependant, elle développe aussi une politique pragmatique et négocie un accord avec les Etats Unis. Dans certains pays en voie de développement, le modèle chinois est adopté. C’est le cas en Tanzanie. En 1975, les Khmers rouges, d’inspiration maoïste, prennent le pouvoir au Cambodge. De nombreux pays africains passent des accords de collaboration économique avec la Chine, sans pour autant suivre la voie communiste. En Occident, les mouvements étudiants maoïstes sont nombreux lors du mouvement de mai 1968 et le Petit Livre rouge de Mao se diffuse. Malgré cela, la Chine est surtout influente en Asie et reste un pays en voie de développement. C’est pourtant une puissance incontournable dans le contexte d’un monde devenu multipolaire.

Enfin, évoquons les défis que la Chine doit encore relever. Les rendements agricoles restent faibles car les superficies cultivées sont trop petites, les capitaux et les moyens insuffisants. De plus, la pression démographique, le chômage et la corruption des autorités accentuent le mécontentement des populations. Les protestations sont jugulées par le contrôle strict des populations et de la censure. En 1986, les étudiants manifestent contre les difficultés économiques et l’immobilisme politique. Le mouvement s’intensifie à Pékin place Tiananmen en 1989. La répression tourne au massacre le 4 juin, avec plus de 2000 morts et des centaines d’emprisonnements. La photographie qui a fait le tour du monde représentant un homme seul face à char de l’armée lors des répressions des manifestations devient le symbole du peuple résistant face à la violence de l‘Etat.  L’ONU et les pays occidentaux condamnent cette répression. La banque mondiale suspend pendant un temps les emprunts et les ventes d’armes sont interdites par les Etats Unis et la CEE. L’image de Deng Xiaoping est entachée et il est même assimilé à Hitler ou Staline. Bien que la Chine soit plus active à l’ONU, son influence reste limitée. De plus, de fortes inégalités persistent entre un littoral industrialisé, moderne et ouvert à l’économie de marché et une Chine intérieure, rurale et pauvre. Une classe moyenne émerge, important marché de consommation. Les inégalités se creusent donc dans les Chine (Ouest, intérieure et littorale). La Chine urbaine littorale s’enrichit alors que dans les campagnes intérieures la misère persiste. C’est pourquoi des milliers de paysans migrent vers les villes côtières pour trouver du travail. Le non-respect des droits de l’Homme et les répressions au Tibet entrainent parfois des tensions avec l’Occident. De nombreux ouvriers chinois commencent à contester leurs conditions de travail et la pollution grandissante. Les grèves qui étaient jusqu’alors prohibées commencent à se développer. De plus, certains produits fabriqués en Chine ont présenté de gros problèmes d’un point de vue de la sécurité, et ce sont révélés très nocifs pour la santé. Les populations étrangères se méfient donc maintenant des produits annotés «  Made in China » ou «  RPC » ( = République Populaire de Chine ). La Chine doit également faire face à un défi environnemental. En effet, elle ne peut continuer sa déforestation. De plus, la pollution très importante dont souffre le pays provoque une pollution des sols, de l’air et de l’eau provoquant parfois des pluies acides. La Chine doit faire également face au déséquilibre des sexes dû à l’élimination des petites filles. Le désir d’un enfant garçon s’explique par le fait que le fils assure la perpétuation du patriotisme et du patronyme. Les filles sont vécues comme un fardeau. Enfin, il est important de noter que la Chine vieillit, en 2025 un couple sur cinq aura plus de 60 ans. Le soft power de la Chine est encore limité. La présence de la Chine dans le monde relève encore surtout du « hard power ». L’influence culturelle de la Chine est encore très limitée, même si la présence d’une diaspora chinoise dans le monde entier contribue de plus en plus au rayonnement du pays.

Pour conclure, nous pouvons constater que la Chine est entrée dans une nouvelle voie depuis la disparition de Mao. Dans les dernières décennies, le PIB chinois a été multiplié par 30 et la population n’a pas cessé d’augmenter. L’IDE a été multiplié par 176. Cependant, la population a tendance à stagner. Le taux de natalité baisse. La faute revient à la planification familiale qui limite les couples à un seul enfant par famille. Malgré le taux de croissance économique parmi les plus élevés au monde des Etats émergents, ceux ci ne répondent pas aux 3 piliers de développement durable.
La Chine fait le choix de rester une dictature communiste, dirigé par un parti unique. Malgré cela, la Chine est surtout influente en Asie et reste un pays en voie de développement. C’est pourtant une puissance incontournable dans le contexte d’un monde devenu multipolaire. La Chine s’est donc affirmée sur la scène internationale depuis 1919. Elle a su utiliser de façon pragmatique le contexte international pour devenir une puissance incontournable dans un monde de plus en plus multipolaire. Enfin, il est nécessaire de savoir que le miracle chinois repose sur le développement fulgurant des exportations. Mais ce modèle n’est pas tenable sur le long terme. Comme le Japon avant elle, la Chine risque de connaître d’énormes difficultés pour rééquilibrer sa croissance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s