Commentaire d’un discours de G. Bush / Histoire

Les Etats Unis réorientent leur politique mondiale

George Walker Bush, républicain fut gouverneur du Texas de 1995 à 2001 puis devint le 43ème président des Etats Unis. Il effectua deux mandants, de 2001 à 2008. Il fut le successeur de  Bill Clinton, président démocrate et le prédécesseur de l’actuel président démocrate des Etats Unis, Barack Obama. Le présent extrait est tiré du discours qu’il prononça devant le Congrès des Etats Unis le 20 septembre 2001 quelques jours après les attentats du 11 septembre. Ces événements sont donc encore très présents dans l’esprits des américains, profondément traumatisés.

Dans ce document intitulé Les Etats Unis réorientent leur politique mondiale, George Bush annonce que les attentats du 11 septembre sont une véritable déclaration de guerre. Ces événements sans précédent l’obligent donc à redéfinir sa politique internationale. Il énonce les principes politiques et les valeurs au nom desquels il va engager toutes les forces des Etats Unis avec l’aide des autres pays alliés afin de détruire le réseau terroriste mondial responsable selon lui de cette agression. Au delà de ces attaques directes envers le pays, pour George Bush, il s’agit d’une agression contre la liberté. Il annonce donc à son peuple que les Etats Unis vont répondre à cette attaque en mobilisant toutes leurs forces. Il prévient son peuple qu’une seule bataille ne suffira pas et que le pays va s’engager dans une campagne longue et sans précédent qui sera nécessaire à l’éradication totale des réseaux terroristes. A la demande de George Bush, ce combat devra être mené avec l’aide des puissances alliés partageant les valeurs de l’Amérique. George Bush positionne son pays comme étant le rempart qui protégera la liberté et le monde civilisé de la terreur que veulent faire régner les puissances terroristes.

Depuis la fin de la guerre froide en 1991, on assiste à un nouvel ordre mondial. Avant le 11 septembre et dès l’accession de Bill Clinton au pouvoir, la politique étrangère américaine poursuit trois objectifs : éviter de laisser les États-Unis céder à la tentation de l’isolationnisme. Il s’agit d’une politique étrangère des Etats Unis promouvant une intervention minimale dans les affaires internationales. Les Etats Unis étant devenu le « gendarme du monde » (exemple : la guerre du Golfe, la guerre des Balkans,.. ). De plus, cette politique souhaitait s’assurer que la globalisation servirait les intérêts américains et n’aggraverait pas les principales menaces pour leur sécurité. Enfin elle voulait préserver l’hégémonie américaine dans le monde incontestée depuis la 1ère guerre mondiale.

Après les attentats du 11 septembre, George W. Bush s’ est orienté sur des bases comparables à celles de l’administration précédente. En effet,  bien qu’acceptant les trois objectifs principaux en matière de politique étrangère ( basée sur le triptyque : promotion du libre-échange, de la démocratie et de la paix ) George Bush annonce un changement dans les principes directeurs de la diplomatie de Washington. Il affiche d’emblée sa différence en mettant au premier plan la question de la sécurité, un domaine à ses yeux négligé par Bill Clinton. C’est pourquoi, George W. Bush a dû repenser la politique étrangère suite aux attaques terroristes du 11 septembre.
Il s’agit de souligner les éléments qui sous-tendent la nouvelle vision américaine de la situation internationale.
Dans un premier temps, George Bush souligne le fait que les attentats sont des attaques contre la liberté, valeur cardinale des Etats Unis et du monde occidental. Puis, il précise que la puissance des Etats Unis est indispensable à l’éradication du terrorisme. Ensuite, G. Bush annonce qu’il a la conviction que la guerre est indispensable. Enfin, il envisage le « scénario du pire » afin de rallier les autres pays à sa politique.
Tout d’abord, évoquons le fait que George Bush déclare que le terrorisme menace la liberté et la démocratie, valeurs que les Etats Unis souhaitent exporter dans le monde. En effet, il qualifie « d’ennemis de la liberté » les terroristes qui ont commis les attentats du 11 septembre. Nous apprendrons par la suite que cette action fut perpétrée par le groupe islamiste Al Qaida dirigé par Oussama Ben Laden. Il considère que ces attentat sont de véritable « actes de guerre » et par conséquent le pays se doit de répliquer. Les États-Unis sont en guerre et l’administration de George Bush décrète la mobilisation nationale, relayée par les médias américains. Il déclare en effet que les combats pourront comprendre « des frappes spectaculaire, diffusée à la télévision ». Les Etats Unis réagissent en effet très rapidement puisqu’ils entrent en guerre dès octobre 2001 contre l’Afghanistan, pays soupçonné d’abriter des camps d’entrainement de terroristes islamistes. Lorsqu’il annonce que « .. la nuit est tombée sur un monde différent, un monde où même la liberté fait l’objet d’une attaque. » il souligne que cet attentat est sans précédent pour les Etats Unis par le nombre de victimes civiles et par le fait qu’il ait été perpétré au coeur de la capitale économique des Etats unis. Cet attentat a changé la face du monde en s’attaquant à la liberté. Ces agressions sont vécues comme un véritable traumatisme par une très grande partie de la population, qui les associent à l’attaque japonaise sur la base américaine de Pearl Harbor en 1941, sans déclaration de guerre préalable. George Bush évoque en effet des « attaques surprises ».  En conséquence, le Président des Etats Unis annonce la mise en oeuvre d’une riposte afin de défendre les valeurs fondamentales du monde occidental que sont la liberté et la démocratie. En effet, quand George Bush déclare «  Nous consacrerons toutes les ressources à notre disposition à la dislocation et à la défaite du réseau terroriste mondial. » Il souligne sa détermination et l’ampleur des moyens qu’il compte mobiliser afin d’éradiquer les réseaux terroristes. De plus, il positionne cette lutte comme étant l’élément principal de sa politique et décide de mener une véritable guerre contre la terreur. Il emploiera aussi le terme de « croisade contre le terrorisme » dans un de ses discours assimilant ainsi son combat à une guerre de religion. Enfin, il annonce au peuple américain que face à un ennemi mal défini et insaisissable, la campagne qu’il engage sera longue et sans commune mesure avec les guerres précédentes.

Ensuite, nous constatons que George Bush précise que la puissance et la détermination des Etats Unis est indispensable à l’éradication du terrorisme. En effet, il déclare « Tant que les Etats Unis seront résolus et fermes, il n’y aura pas d’ère de la terreur. » George Bush présente donc son pays comme étant la seule hyperpuissance garante du respect et du maintien de la liberté aux Etats Unis mais aussi partout dans le monde. En effet, suite à l’éclatement de l’URSS marquant la fin de la Guerre Froide, les Etats-Unis, grâce à leur pouvoir économique, militaire et politique, sont restés l’unique superpuissance. De plus, il précise que c’est aux Etats Unis qu’incombe la responsabilité de définir et de mettre en oeuvre de façon volontariste les principes et les valeurs démocratiques dans le monde : « C’est ce pays qui définira notre temps et pas le contraire. »  En effet, l’objectif principal des Etats Unis est l’affirmation de leur puissance sur la scène internationale afin de la contrôler. Il affirme sa volonté de perpétrer l’hégémonie américaine sur le monde. Il place à nouveau les Etats unis comme étant les gendarmes du monde dans son propos « La terreur si l’on n’y répond pas, ( … ). Et cela nous ne le permettrons pas ».
Evoquons maintenant, l’unilatéralisme américain. Dans son discours George Bush s’exprime au nom des diverses nations. « Le monde civilisé se rallie aux côtés de l’Amérique. » Dans un discours prononcé le 21 septembre 2011, devant les membres du Congrès il annoncera que pour lui il n’existe que deux camps possible : les pays qui s’allient aux Etats Unis dans cette guerre et les pays qui seront alliés des terroristes, « Soit vous êtes avec nous, soit vous êtes avec les terroristes ». Enfin précisons que George Bush a une approche sécuritaire de la politique qu’il compte mettre en oeuvre. « America first » et « security first » deux expressions souvent entendues aux Etats Unis expliquent la volonté de la nouvelle équipe de pratiquer une politique étrangère en rupture avec l’administration démocrate précédente dirigé par Bill Clinton. La priorité de George W. Bush consiste à retrouver le maximum de liberté et de flexibilité dans la promotion des intérêts américains. En effet, George Bush prône l’intérêt national. Il mène une politique d’unilatéralisme. Les Etats Unis ont lancé une campagne visant à détruire Al Qaida et à capturer Oussama Ben Laden. George Bush s’engage donc dans une guerre sans demander l’avis de la communauté internationale. D’abord soutenue par celle-ci ( engagement d’un contingent militaire international, soutient de l’ONU dans la lutte antiterroriste.. ), peu à peu elle  lui retira son soutien, jugeant la puissance des Etats unis trop dominatrice. En 2003, les Etats Unis souhaitaient engager une guerre en Irak car ce pays était soupçonnée de posséder des armes nucléaires. Au sein du Conseil de sécurité, la France menaçait de poser son véto faute de preuves concrètes. Malgré les réticences de la France, les Etats Unis se sont engagés dans cette guerre avec comme seul allié la Grande-Bretagne. Les attentats du 11 septembre 2001 ont conduit à un durcissement de la politique internationale américaine. Nous assistons dès lors à un tournant dans la politique étrangère de ce pays. En effet, les Etats Unis ont identifié une liste de nations jugées ennemis ( appelé aussi « Rogue States » ). Cette liste publiée le 16 septembre 2011 comportait sept Etats : la Corée du Nord, le Pakistan, l’Irak, l’Iran, l’Afghanistan la Libye et Cuba. Le but étant de dissuader ces Etats de poursuivre plus longtemps leurs politiques de soutien au terrorisme international . Dans son discours sur l’état de l’Union de 2002, George W. Bush utilisa l’expression « axe du Mal » pour désigner ces pays accusés d’aider les réseaux terroristes. Cette expression marqua un élargissement considérable des objectifs militaire de la politique de George Bush. En effet, il ne mena plus une lutte contre Al Qaida mais contre tout le terrorisme mondial.

Abordons maintenant, le fait que pour George Bush la guerre est indispensable. Lorsque que celui-ci annonce « Le monde civilisé se rallie aux côté de l’Amérique », il décrète dès lors que deux camps vont s’opposer. Un monde civilisé adepte des valeurs universelles de démocratie et de liberté et un monde où les terroristes et leurs alliés aspirent à faire régner la terreur et à renverser les démocraties. Il oppose ainsi deux valeurs : le Bien et le Mal. Les propos de George Bush traduisent donc une vision manichéenne du monde. Il place donc sa lutte sur un plan moral. Le Président des Etats Unis va donc mener une guerre contre tout les réseaux terroristes internationaux. Il souligne le fait que la victoire sera acquise à l’issue d’une longue guerre et prévient l’opinion « les américains ne doivent pas s’attendre à une seule bataille, mais à une longue campagne sans précédent. » Cette politique conduira à la mise en oeuvre du concept de « guerres préventives » contre les états accusés d’abriter des groupes terroristes ou susceptibles de produire des armes de destruction massive( argument avancé pour justifier la guerre en Irak ). Pour cela, George Bush va s’efforcer d’adapter l’appareil militaire des Etats Unis afin de faire face à des adversaires mal définis et insaisissables. Un véritable conflit asymétrique, opposant une armée régulière à une force terroriste se mettra en place se traduisant par des frappes spectaculaires sur des cibles définis et la mise en oeuvre d’opérations secrètes.

Enfin, nous constatons que dans son discours, George Bush envisage le « scénario du pire » au sujet des menaces qui pèsent sur la liberté dans tous les pays démocratiques. Cette vision tend  à simplifier l’analyse de la situation internationale. Lorsqu’il déclare en parlant de la communauté internationale « si ce terrorisme reste impuni, ses propres villes, ses propres citoyens pourraient subir le même sort », il tente de sensibiliser les dirigeants et les peuples des autres nations. En effet, les images des attentats du 11 septembre ont été fortement médiatisées et diffusées partout dans le monde. Le traumatisme causé par ces attentat s’est propagé à l’ensemble de la planète. Les images de l’effondrement des deux tours étaient inlassablement diffusées sur les écrans. A l’issue des attentats du World Trate Center, un grand nombre de ressortissants étrangers ont été dénombrés parmi les victimes sensibilisant davantage l’opinion internationale. George Bush évoque donc le pire dénouement possible afin de légitimer sa riposte aux yeux des autres nations et de les inciter à le soutenir car elles aussi pourraient subir des attaques terroristes. Il annonce que le terrorisme pourrait « menacer la stabilité des gouvernements légitimes ». Selon lui,  « l’ ère de la Terreur » pourrait voir le jour si les terroristes n’étaient pas vaincus rapidement. La communauté internationale a donc coopéré de manière renforcée afin de lutter contre le terrorisme. Le 28 septembre 2001, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté la résolution 1373. Cette résolution, première dans le droit international par son caractère impératif, oblige tous les États à pénaliser l’assistance aux activités terroristes et à mettre fin à leurs supports financiers ; elle exige le partage obligatoire des informations sur des groupes planifiant des actes terroristes. La résolution 1373 impose aussi  aux États de mettre en place un contrôle strict des migrations, notamment en « sécurisant » les frontières. Par la suite, plusieurs accords entre États ont été mis en place pour lutter contre le terrorisme. De plus, les services de sécurité américains multiplient les contacts et les centres de coordination de lutte contre le terrorisme avec leur homologues à travers le monde.

Les attentats perpétrés contre les Etats Unis et son pouvoir hégémonique ont eu des répercussions sur le système politique international. En effet, ces événements ont menacé l’hégémonie américaine incontestée jusqu’alors. Le 11 septembre, pour la première fois, les Etats-Unis ont été l’objet d’une agression, les touchant au cœur de leur pouvoir financier et militaire. Les attentats du 11 septembre montre que la plus grande puissance mondiale peut être vulnérable face à des ennemis mal définis et insaisissables qui utilisent l’arme du terrorisme. En dirigeant leurs attaques sur World Trate Center et sur le Pentagone, la nébuleuse islamiste Al Qaida a prétendu dénoncer la toute puissance de l’Occident et a provoqué un tournant dans la politique étrangère des Etats Unis.
Le 11 septembre sera suivi d’une période d’un profond engagement contre le terrorisme de la part des Etats Unis et d’un activisme mondial.Ces attentats ont suscité la prise de conscience que tous les conflits régionaux non résolus ou l’existence d’ “Etats déstructurés” seront le terreau de l’extrémisme et des activités terroristes. L’intervention des Etats Unis en Afghanistan et en Irak, leur soutien à l’Etat Israël dans le cadre du conflit israélo-palestinien et leur réorientation en matière de politique mondiale a renforcé un sentiment anti-américain dans les pays du Sud. Dès lors, la politique mise en oeuvre a enlisé les Etats Unis dans des conflits en Irak et en Afghanistan. En conséquence, les guerres initiées par les Etats Unis ont aggravé la fracture Nord/Sud. Malgré la réorientation de la politique mondiale énoncée par George Bush dans son discours du 20 septembre, nous constatons aujourd’hui une montée de l’intégrisme et l’existence de réseaux terroristes. 10 ans après le discours de George Bush, la politique des Etats Unis n’a toujours pas solutionné le problème du terrorisme mondial.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s